calotte


calotte

calotte [ kalɔt ] n. f.
• 1394; de cale « coiffure » 1. calot
I
1Petit bonnet rond qui ne couvre que le sommet de la tête. Spécialt Coiffure ecclésiastique. Calotte rouge d'un cardinal. Calotte des juifs pratiquants. kippa.
2(fin XVIIIe) Péj. La calotte : le clergé, les prêtres; leurs partisans. ⇒ calotin. À bas la calotte !
3(1756) Fig. et fam. Tape sur la tête, la figure. 1. claque, gifle.
II(fin XVIIe) Anat. Calotte du crâne : partie supérieure de la boîte crânienne. — Géom. Calottes sphériques : les deux surfaces déterminées par l'intersection d'une sphère avec un plan ne passant pas par son centre. Géogr. Calotte glaciaire : glacier de forme convexe, très épais, qui recouvre tout le relief. La calotte glaciaire des pôles. Archit. Partie supérieure d'une voûte hémisphérique à cintre peu élevé. 2. dôme.

calotte nom féminin (ancien provençal calota) Sorte de petit bonnet rond couvrant le sommet de la tête. (Insigne de dignité ecclésiastique, elle est violette pour les évêques, rouge pour les cardinaux, blanche pour le pape.) Familier. Tape sur la tête. Apiculture Petite ruche placée sur une ruche à rayons fixes pour en augmenter la capacité lorsque la miellée est abondante. Bâtiment Voûte de forme hémisphérique ; partie supérieure d'une coupole. Chapellerie Partie du chapeau qui emboîte la tête. Horlogerie Partie de la boîte d'une montre, à l'opposé du cadran. Musique Synonyme de cerveau. ● calotte (difficultés) nom féminin (ancien provençal calota) Orthographe Avec deux t, ainsi que calotter. Remarque Bien qu'issu de calotte, coiffure liturgique du clergé catholique, le dérivé familier et péjoratif calotin s'écrit avec un seul t. Sens Calotte / gifle. Au sens strict, la calotte (= tape) se donne sur la tête et la gifle sur la joue. Mais les deux mots sont souvent employés l'un pour l'autre. ● calotte (expressions) nom féminin (ancien provençal calota) Populaire et péjoratif. La calotte, les prêtres, le clergé. Calotte du crâne, partie supérieure de la boîte crânienne. Calotte polaire, région qui entoure un pôle sur la sphère céleste ou à la surface d'un astre. Calotte de barbotage, élément d'une colonne à plateaux obligeant les vapeurs à se diviser en bulles et à barboter dans le liquide. Calotte glaciaire, ensemble des territoires couverts de glaces des régions polaires, en particulier dans l'Antarctique et au Groenland ; dans les Alpes, masse de neige constituant le sommet arrondi de certaines montagnes. Calotte sphérique, partie d'une sphère limitée par un plan, incluse strictement dans un hémisphère. ● calotte (synonymes) nom féminin (ancien provençal calota) Familier. Tape sur la tête.
Synonymes :
- baffe (populaire)
- beigne (populaire)
- soufflet (littéraire)
- taloche (familier)
- tarte (populaire)
Chimie. Calotte de barbotage
Synonymes :
Synonymes :
- Musique. cerveau

calotte
n. f.
d1./d Petit bonnet rond qui ne couvre que le sommet du crâne.
Spécial. Coiffure ecclésiastique.
|| (Québec) Casquette, en partic. de forme arrondie. Calotte de baseball.
d2./d Péjor. Ensemble du clergé et de ses partisans.
d3./d ANAT Calotte crânienne: partie supérieure du crâne.
d4./d GEOM Calotte sphérique: portion de sphère délimitée par un plan ne passant pas par le centre.
d5./d ARCHI Voûte hémisphérique dont le cintre a peu d'élévation.
d6./d GEOGR Calotte glaciaire: épaisse couche de glace des régions polaires.
————————
calotte
n. f. Fam. Tape donnée sur la joue, sur la tête.

⇒CALOTTE, subst. fém.
A.— Petit bonnet rond ne couvrant généralement que le sommet de la tête. Calotte de cuir, de soie, de taffetas; porter une calotte :
1. Sainte-Beuve arrive avec sa tournure de petit mercier de province qui fait ses farces, tirant de sa poche une petite calotte de soie noire, une calotte à la fois d'académie et de sacristie, qu'il met sur sa tête contre les courants d'air.
E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1862, p. 1159.
P. métaph. Une calotte d'ennui pèse, en dépit de Pascal et du bon Gazier, sur tout ce qui touche au jansénisme (L. DAUDET, Ét. et milieux littér., 1927, p. 29).
1. Spéc. Coiffure ecclésiastique. Calotte blanche, rouge, violette; calotte de cardinal, de chanoine, d'évêque :
2. L'homme (...) est un vieillard presque octogénaire. C'est un dignitaire dans l'Église, car il a une espèce de calotte claire sur la tête (serait-ce la calotte blanche d'un pape?)
BARBEY D'AUREVILLY, 3e Memorandum, 1856, p. 40.
P. méton., péj. [Uniquement au sing. coll., précédé de l'art. déf.] Le clergé, les prêtres; les partisans du clergé ou de l'Église :
3. Cette servante était une amie de Mme Sidonie, qui donnait un peu dans la calotte; elle aimait les prêtres, de l'amour dont elle aimait les femmes, par instinct, établissant peut-être certaines parentés nerveuses entre les soutanes et les jupes de soie.
ZOLA, La Curée, 1872, p. 379.
Calotte grecque. Calotte à gland portée par les Grecs modernes :
4. Les Turcs, si pittoresques autrefois avec leurs longues robes aux vives couleurs, ne sont-ils pas hideux maintenant avec leurs redingotes bleues boutonnées et leurs calottes grecques qui leur donnent l'air de bouteilles de vin à cachet rouge?
A. DUMAS Père, Le Comte de Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 520.
P. anal. Bonnet d'intérieur à gland :
5. Les regards du jeune homme tombèrent d'abord sur le lit, où se trouvaient deux oreillers. Sur l'un d'eux se détachait un petit bonnet de femme, (...). Sur l'autre, une sorte de calotte, de forme dite grecque, qu'Olivier avait vue plusieurs fois sur la tête d'Urbain.
MURGER, Scènes de la vie de jeunesse, 1851, p. 190.
2. P. ext. Partie centrale de la forme d'un chapeau, qui emboîte la tête. J'ajouterai à nos deux chapeaux de l'automne, (...) un très-joli modèle à calotte ronde et à bord immense (MALLARMÉ, La Dernière mode, 1874, p. 728).
3. P. anal., fam.
a) Rare. Crâne. Calotte de plomb. Mal de tête, migraine. Été chez le Docteur Delbet, pour le consulter sur mes accidents actuels et récents : calotte de plomb, troubles de la vue (LÉAUTAUD, Journal littér., 1, 1893-1906, p. 330).
P. méton., usuel. Tape sur la tête ou plus rarement, sur la joue, avec le plat de la main. Une paire de calottes; donner, flanquer, recevoir des calottes. Le porcher eut quand même sa gifle, une calotte qui l'envoya rouler dans la voiture (ZOLA, La Terre, 1887, p. 291).
P. métaph. :
6. Ton pauvre géant a reçu une rude calotte dont il ne se remettra pas. Je me dis : « À quoi bon écrire maintenant, puisqu'il n'est plus là! ». C'est fini les bonnes gueulades, les enthousiasmes en commun, les œuvres futures rêvées ensemble.
FLAUBERT, Correspondance, 1869, p. 39.
b) Calotte céleste, calotte du ciel. Partie supérieure de la voûte céleste, firmament. Le soleil invisible (...) semble suspendu (...) derrière la calotte diffuse du ciel (ABELLIO, Heureux les pacifiques, 1946, p. 309).
B.— Emplois spéc. Partie supérieure de forme sphérique.
1. ANAT. Calotte crânienne, calotte du crâne. Partie supérieure de la boîte crânienne (cf. Hist. gén. des sc., t. 3, vol. 1, 1961, p. 560).
2. ARCHIT. Partie supérieure d'une voûte sphérique peu cintrée. Calotte hémisphérique (SAINTE-BEUVE, Nouveaux lundis, t. 7, 1863-69, p. 175), Calotte sphérique.
3. GÉOL. Calotte glaciaire, polaire. ,,Glacier très étendu et très épais, dont la surface est légèrement convexe et recouvre ou déborde la plupart des reliefs`` (GEORGE 1970).
4. GÉOM. Calotte sphérique. Partie d'une sphère coupée par un plan (cf. J. HADAMARD, Géom. dans l'espace, 1921, p. 155).
5. TECHNOL. Élément convexe d'un objet (p. ex. horlog. partie bombée d'un boîtier de montre, opposée au côté du cadran).
Rem. On rencontre ds la docum. le néol. arg. et péj. calot(t)ard, subst. et adj. Ecclésiastique (cf. GILL, La Petite lune, 1878-79, p. 49); p. ext. dévot, partisan du clergé. Synon. calot(t)in.
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. FÉR. Crit. t. 1 1787 propose la graph. calote. Étymol. et Hist. 1. 1394 « petit bonnet de forme arrondie couvrant le sommet de la tête » (ds DELB. Rec., cité par DG); d'où a) [cette coiffure étant portée par les ecclésiastiques] 1750 désigne un membre du clergé (RAYNAL, Anecdotes littéraires ds Fr. mod., t. 20, 1952, pp. 223-224); b) 1725 ([Margon, Desfontaines, Gacon...] Mémoires pour servir à l'histoire de la calotte [pièces satiriques] ds Dictionnaire des Lettres du XVIIIe s. [Le Régiment de la calotte était un ordre imaginaire et burlesque qui distribuait des calottes à tous les personnages qui prêtaient le flanc à la critique]); 1752 Régiment de la calotte (Trév.); av. 1778 « pamphlet » (VOLT., Lettr. vers, 87 ds LITTRÉ); c) 1808 arg. « coup donné à la tête » donner une calotte (D'HAUTEL, Dict. du bas lang.); 2. divers emplois techn. 1640 calotte du ciel (OUDIN, Curiositez françoises [...] supplément aux dictionnaires); 1690 archit. « partie supérieure d'une voûte hémisphérique » (Procès-verbal d'apposition des scellés chez le peintre Charles Le Brun, cité par HAVARD t. 1); 1832 anat. calotte de la tête (RAYMOND). Empr. à l'a. prov. calota, attesté au XIIIe s. par le lat. médiév., de même forme (1253, Marseille, cité par BAMBECK Boden, p. 179) et au XVe s. ds LEVY (E.) Prov. Le prov. est d'orig. obsc. 1° soit, le prov. ne possédant pas le mot-souche corresp., dér. avec suff. -ota (-otte), de l'a. fr. cale3 « coiffure », véhiculé par le franco-prov. où le mot est largement attesté (FEW t. 17, p. 79a) 2° soit a) formé à partir du b. lat. calautica « sorte de coiffure pour les femmes » (IVe s. Scholia Ciceronis, p. 336 ds TLL s.v., 126, 81), lui-même d'orig. obsc. (ERN.-MEILLET), avec assimilation de la finale au suff. lat. -otta (BAMBECK Boden, loc. cit.; v. aussi DEI et EWFS2) b) empr. à l'ar. « coiffure » (XIIIe s. d'apr. COR., s.v. galota; v. aussi DOZY t. 2, p. 482a et DOZY (A.) Vêt., p. 387). Dans ce second groupe d'hyp., cale3 « coiffure » est ou bien dér. régr. de calotte, ou bien un mot différent à rattacher à écale. Fréq. abs. littér. :328. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 303, b) 770; XXe s. : a) 713, b) 293.
DÉR. Calotter, verbe trans. a) Coiffer quelqu'un d'une calotte. Attesté ds BESCH. 1845. Rem. On rencontre ds la docum. le part. passé adj. calotté, ée. Coiffé d'une calotte. Calotté de noir velours, tout de flanelle blanche habillé, (...) il [Sainte-Beuve] avait l'air d'un pape hétéroclite (VERLAINE, Confessions, 1895, p. 137). b) Donner une calotte, des calottes, frapper sur la tête ou le visage avec le plat de la main. Ma mère apparaît souvent pour me prendre par les oreilles et me calotter (J. VALLÈS, Jacques Vingtras, L'Enfant, 1879, p. 10). Rem. La docum. atteste l'adj. calottable. Qui mérite d'être calotté, frappé. Son calottable visage (BLOY, Le Désespéré, 1886, p. 268). Au fig. ébranler, frapper l'esprit. As-tu lu la Légende des Siècles du père Hugo? J'ai trouvé cela tout bonnement énorme. Ce bouquin m'a fortement calotté! Quel immense bonhomme! On n'a jamais fait de vers comme ceux des « lions »! (FLAUBERT, Correspondance, 1859, p. 335). c) Arg. et pop. Dérober, chaparder. Je calottais un peu de saucisse (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 296); emploi pronom. Ils se calotaient leur blé et leur caserne, avec l'air de jouer, de s'amuser à se les voler (AYMÉ, La Jument verte, 1933, p. 201). []. Les dict. gén. écrivent calotter avec 2 t; pour la graph. avec 1 t, cf. AYMÉ, loc. cit. 1res attest. 1808 « donner des coups sur la tête » (D'HAUTEL, Dict. du bas lang.); 1845 « coiffer quelqu'un d'une calotte » (BESCH.); de calotte, dés. -er. Fréq. abs. littér. : 39.
BBG. — DUCH. 1967, § 42.7. — GOUG. Lang. pop. 1929, p. 3. — LAMMENS 1890, pp. 71-72. — ROMMEL (A.). Die Entstehung des klassischen französischen Gartens im Spiegel der Sprache. Berlin, 1954, p. 167. — SAIN. Lang. par. 1920, p. 442. — SAIN. Sources t. 1 1972 [1925], p. 6, 144, 146, 199; t. 2 1972 [1925], p. 103, 239, 240; t. 3 1972 [1930], p. 108, 115.

calotte [kalɔt] n. f.
ÉTYM. 1394; anc. provençal calota, XIIIe, de 4. cale « coiffure » (→ 2. Calot), ou du bas lat. calautica « coiffure de femme ».
———
I
1 Petit bonnet rond qui ne couvre que le sommet de la tête. || Calotte traditionnelle, dans certaines cultures. Chéchia, fez; kippa.
1 Sa calotte (de M. Pinault) rembourrée pour préserver son vieux crâne des névralgies, formait autour de sa tête un bourrelet hideux.
Renan, Souvenirs d'enfance…, IV, II, p. 174.
Spécialt. Coiffure ecclésiastique. || La calotte noire des prêtres. || La calotte blanche du pape.Vieilli. Calotte rouge des cardinaux. Barrette, chapeau.
2 Le roi mit la calotte sur la tête du cardinal de Noailles avec force gracieusetés.
Saint-Simon, Mémoires, 78, 3.
Calotte en drap, en velours…
3 (…) une soutane noire avec une longue queue, une aube, un surplis, à grandes manches roides d'empois, des bas de soie noire, deux calottes, l'une en drap, l'autre en velours (…)
Alphonse Daudet, le Petit Chose, I, II.
Calotte grecque, la coiffure ancienne des Grecs, comparable au fez des Turcs. Chéchia.Par anal. (Vx). Bonnet d'intérieur muni d'un gland.
2 (Mil. XVIIIe). Par métonymie. Péj. || La calotte : le clergé, les prêtres; leurs partisans. || Influence de la calotte. || Donner dans la calotte, dans le cléricalisme. Calotin. || À bas la calotte !
3.1 — Monsieur, lui dis-je, vous exercez une belle profession. — Ah ! me répondit-il, en allumant sa pipe, vous trouvez ça beau de rédiger des canards dans les départements. Et des canards cléricaux. Je travaille pour la calotte. Mais on ne choisit pas son parti, n'est-il pas vrai ?
France, Pierre Nozière, p. 113.
3 (1808, « coup donné à la tête »). Fig. et fam. Tape sur la tête. Claque, coup, gifle, soufflet; (fam.) baffe, beigne, taloche, tarte. || Donner, flanquer une calotte, une paire de calottes à qqn, à un enfant. || Recevoir des calottes.
3.2 Et, s'avançant, (Gervaise) flanqua à Nana deux gifles soignées. La première mit de côté le chapeau à plumes, la seconde resta marquée en rouge sur la joue blanche comme un linge (…) Quand (Nana) faisait mine de rechigner, une calotte par derrière la remettait dans le chemin de la porte.
Zola, l'Assommoir, t. II, p. 198.
3.3 Vous savez combien j'aime tous nos grands écrivains. Eh bien, il arrive que je demande après la lecture de telle page que j'admire, une page de Flaubert, oui.
« Cette page, est-ce que je la signerais ? — Je ne la signerais pas. »
Hein, ma vieille amie, donnez-moi une belle calotte.
J. Renard, l'Œil clair, in Œ., Pl., t. II, p. 461.
———
II Par anal.
1 Voûte de forme hémisphérique.(1832). Anat. || Calotte du crâne : partie supérieure de la boîte crânienne.Géom. || Calotte sphérique, l'une des deux parties d'une sphère coupée par un plan autre que médian.Géogr. || Calottes glaciaires de la Terre, d'une planète (→ Iceberg, cit. 4).(1690). Archit. Partie supérieure d'une voûte hémisphérique à cintre peu élevé. Dôme.
4 Si le dôme est petit, ce n'est plus qu'une ignoble calotte.
Chateaubriand, Itinéraire…, 97.
2 (1640). Littér. et vx. || La calotte des cieux : la voûte céleste.
3 Techn. Pièce de métal qui forme la couverture d'un bouton.
DÉR. (Du I.) Calotin, calotter.
COMP. Décalotter.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • calotte — CALOTTE. s. fém. Espèce de petit bonnet qui ne couvre ordinairement que le haut de la tête. Calotte de satin, de maroquin. Porter la calotte. Les Cardinaux portent la calotte rouge. [b]f♛/b] On dit, que Le Pape a donné la calotte à quelqu un,… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Calotte — may refer to:*Calotte, in architecture, a round cavity or depression, in the form of a cup or cap, lathed and plastered; used to diminish the rise or elevation of a moderate chapel, cabinet, alcove, etc, which, without such an expedient, would be …   Wikipedia

  • calotte — Calotte. s. f. Espece de petit bonnet qu on porte sous le chapeau, & qui ne couvre ordinairement que le haut de la teste. Calotte de satin, de marroquin. calotte rouge. porter la calotte …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Calotte — Ca*lotte , Callot Cal lot, n. [F. calotte, dim. of cale a sort of flat cap. Cf. {Caul}.] A close cap without visor or brim. Especially: (a) Such a cap, worn by English serjeants at law. (b) Such a cap, worn by the French cavalry under their… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Calotte — (fr.), 1) eine glatte, enganliegende Mütze, so schwarze Mützchen der katholischen Geistlichen zum Verbergen der Tonsur, auch rothe Kappe zur Kopfbedeckung, bes. im Orient, vgl. Fes; 2) (Anat.), der obere Theil des Schädels, wie er bei Öffnung der …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Calotte — (franz.), s. Kalotte …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • calotte — Calotte, De quenoille, et toquement de teste des femmes de Champagne, Calantica …   Thresor de la langue françoyse

  • calotte — [kə lät′] n. [Fr < It calotta < ? Gr kalyptra: see CALYPTRA] 1. a small, brimless cap 2. ZUCCHETTO …   English World dictionary

  • calotte — (ka lo t ) s. f. 1°   Sorte de petit bonnet qui ne couvre que le sommet de la tête. •   Les sommets de la plupart de ces collines étaient arrondis en forme de calottes, BERN. DE S. P. Étud. v..    Calotte à oreilles, calotte qui peut se rabattre… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • CALOTTE — s. f. Espèce de petit bonnet qui ne couvre ordinairement que le haut de la tête, et qui n est plus guère en usage que parmi les gens d Église. Calotte de satin, de maroquin. La calotte noire d un prêtre. La calotte rouge d un cardinal, d un… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.